Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 juillet 2012 1 02 /07 /juillet /2012 21:06


 Pourquoi tant de haine,
Qui ne créera que des peines.
Assassiner des hommes, femmes, enfants,
Qui ne verront plus le soleil levant.

Pour un Dieu,
Des hommes ont tués...
Pour un Dieu,
Des familles ont priés,
Leurs morts, leurs proches....

En ce jour,
Des hommes qui au nom de leur Dieu :
Assassine sans pitié.
Tue sans penser,
À la souffrance des familles,
Qui ont perdu un de leurs proches,

Que dois-je penser ????
Que dois-je imaginer ????

Puis-je espérer qu'un jour
Sur notre terre
Toutes les personnes,
Noir, blanc, catholique, islamique,
Ou d'autres cultures,
Petit, grand, blond ou brun,
Arriverons-nous à vivre avec la paix.

En ce jour funeste,
J'ai vu des gens mourir...
J'ai vu des flammes...
J'ai vu l'horreur...
J'ai vu la mort...

Et pourquoi ?
Je pense que personne,
A une réponse à cela.

Repost 0
2 juillet 2012 1 02 /07 /juillet /2012 21:05


 
J'avais rêvé d'un amour
Un amour qui ne me jouerait pas de tour
Un amour merveilleux
Qui se construit à deux

J'avais rêvé de bonheur
Au bonheur que mon coeur
N'écoute plus sa peur
Pour découvrir enfin cette lueur
Qui chaque heure
Grandit dans mon coeur

J'avais rêvé de cet homme
À cet homme qui comprenne
Toutes mes peines
Et effacent toutes mes haines

J'avais rêvé de mon passé
Mon passé que je devais effacer
Afin de pouvoir goûter
À ce bonheur tellement mérité

Mais un beau jour
Mes rêves se sont effacés pour toujours
Par un manque d'amour
Je perdais
À tout jamais
L'homme que j'aimais

Repost 0
2 juillet 2012 1 02 /07 /juillet /2012 21:04


 
Quel heure, il pouvait bien être,
Je ne m'en souviens plus !
J'étais assise sur un grosse pierre grise
Tout près de la rivière,
J'écoutais,
Un peu hébétée,
Le chant de l'eau qui coule,
Qui a coulée,
Qui coulera encore lorsque je partirai.

Je regardais,
Les yeux un peu vague le bleu du ciel,
Puis mon regard s'attardait aux vert des arbres
Et revenait encore à la pureté du ciel.

Tout à coup
Un joli papillon vint danser,
Bleu je crois, rien d'extraordinaire,
Mais il voletait à cinq ou six pieds,
Au dessus de ma tête.
Il zizzaggait,
En prenant soin de rester dans mon champs de vision
Quant tout à coup,
Le bruit d'un battement d'ail associé à un claquement de bec.
Le petit papillon qui réussit à s'échapper,
Fut pris bien malgré lui,
Dans un second claquement de bec
C'est ainsi que le papillon n'existait plus...
L'oiseau a passé son chemin,
A la recherche, déjà, d'un autre insecte...

A nouveau
Le bruit de la rivière parvint à mes oreilles...
Bruissement d'éternité !!!!
Mon regard tangua un moment,
Vers cette rivière jusqu'au point de ciel bleu,
Ou voletait l'instant d'avant un joli petit papillon.

Il était :
Sûrement à l'heure ou le vent tombe,
Ou l'air est le plus calme.
Hébétée, je l'étais un peu plus,
Malgré tout cela,
J'écoutais le bruit de la rivière,
Le chant de l'eau qui coule,
Qui a coulé et qui coulera.

Repost 0
2 juillet 2012 1 02 /07 /juillet /2012 21:02


 Un rêve, une rencontre, un baiser
Une caresse, un amour.

Puis...

Un jour
Un adieu, un silence,
Un plus jamais.

Que de mal m'a fait ce rêve.

Repost 0
25 juin 2012 1 25 /06 /juin /2012 22:17


 
Quelle agréable sensation que de tenir un livre !!!
N'est-ce pas ?

Serré, tordu,
Caressé ou bien humé,
Nous l'aimons.

Nous cherchons ainsi,
A deviner ce qu'il renferme.
Mais entrouvrir les pages,
C'est courir le risque,
Qu'elles nous saisissent,
Et nous absorbent hors du temps.

Alors quand l'ouvrage,
N'est autre qu'un recueil de poésie,
Disons-le tout de suite,
Pour certain il devient difficile,
De ne pas y céder.

L'intérêt se fait plus grand,
Car nous connaissons,
Les plaisirs que recèlent cet art.

C'est l'envie de goûter,
Quelques vers qui s'animent.
D'entendre quelle musique,
Vont produire ses feuilles entres nos doigts.

Un recueil est un coffret de sens,
Qui n'accepte pour toute latitude,
Que notre esprit.
Et pour toute longitude,
Que notre coeur.

Ouvrez le pour que s'échappent,
Son essence, son parfum,
Ou bien ses couleurs,
Elles seront bientôt les vôtres.
Tout comme les pensées, rêveries,
Larmes et autres sourires,
Seront vos récompenses.

Nous l'avons compris,
La puissance évocatrice de la poésie,
N'est rien sans le lecteur,
Convaincus que son vécu et sa nature profonde,
Se confondent avec l'oeuvre de l'auteur.

Lire un poème,
C'est parfois se lire soi-même,
A travers un autre,
Pour ne plus former,
Qu'un ensemble transcendantale.

Repost 0
25 juin 2012 1 25 /06 /juin /2012 22:15


 
La nuit ne cache rien, ni les lâches ni les fous.
Il faut que tu le saches en ce dernier rendez-vous.
La pluie ne masque rien, ni les frasques ni les phrases.
Elle emporte doucement ceux que l’existence écrase.

Ne pleure pas si je m’en vais car je m’en veux.
Plaire est sans espoir mais jamais je ne laisse croire en vain.
La vie je ne l’ai pas regardée, j’ai vu à travers.
Insensé, j’ai avancé même à découvert

Pour trouver mon étoile dans l’univers
Et je sais que l’on restera unis vers
Cette galaxie, cette constellation si
L’ataraxie de nos esprits dénote ainsi.

Mille étoiles descendent de tes doux yeux.
Le noir profond n’est que leur serviteur envieux.
Rien ne compense leur beauté qui n’est que récompense,
Puis rien n’a de sens ; l’abandon comme l’insistance.

La vivacité de leurs éclats naissants ne sont que
Des rêves de cristal où s’installent toutes réalités qui,

Chaque instant pourtant dérivent,
Pour autant de rives abandonnées.
Ton estime est mon abîme,
Mon repère, mon refuge
Où se fige toute particule ridicule,
Semblable au cœur amoureux,
Dont le vœu est qu’il ne s’abîme qu’un peu.

Voilà pourquoi il perd ses rimes
Et sa structure au point de tournoyer sans cesse,
De se noyer de tristesse dans son écriture.
Car si le passé te blesse,
Le futur te guérira, tu verras.

Repost 0
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 00:13

fete.jpg

 

 

Papa,

Aujourd'hui c'est ta fête,
Alors je saisie cette occasion,
Pour t'écrire ses quelques mots,
Qui reposent depuis longtemps,
Au fond de mon coeur.

Même si je ne te l'ai pas dit souvent,
Tu es pour moi,
Quelqu'un de FORMIDABLE !!!!!
Et de GRAND !!!!

Papa,

Que nous soyons,
Semblable ou différent,
Cela importe peu.
Car à jamais tu resteras,
Mon petit Papounet.

Etre père ! c'est quoi :
C'est donner tout son amour,
Et sa protection à ses enfants.
C'est les aimez du tréfond de son être,
Dans les bons et les mauvais moments.
Tout cela tu nous le montre,
Tous les jours que dieu fait.

Par conséquent,
Du fond de nos coeurs.
Nous te souhaitons,
Ainsi qu'à tous les autres papas du monde

Une Bonne Fête !!!!!

Repost 0
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 15:49

L'amour,
C'est accepter de partager son coeur,
C'est regarder vers l'avant,
C'est savoir épauler l'autre,

L'amour,
Ce n'est ne pas juger l'autre,
C'est pardonner, se respecter et se tenir les mains.
C'est se dire qu'on s'aime les uns et les autres.
Car rien n'est plus beau que l'amour vrai et pur.

L'amour,
C'est aimer sans voir les défauts,
C’est accepter les différentes cultures,
Et tolérer les religions différentes,
Car aimer c'est :
C'est comprendre la personne qui est en face de vous
Sans la juger.
Sinon, mieux vaut rester seul !!!!

L'amour,
C'est une chose rare.
C'est mieux quand il est partagé.
Il faut se donner à fond.
Etre au petit soin pour l'autre.
S'est ce remettre en question,
Et surtout écouter l'autre,
Car le dialogue est vital.
Puisque ce dialogue permet,
D'entretenir la flamme.

L'amour est un feu,
Qui demande d'être entretenue et nourri,
Pour vivre éternellement.
Il y as plein de petite chose,
Des chose toutes simples et gratuites,
Que nous pouvons donner généreusement à l'être aimé,
Afin d'entretenir la passion, la tendresse et les sentiments.

Ces petites choses :
C'est un sourire, un mot, une petite phrase.
C'est je t'aime mon coeur, une balade main dans la main.
C'est un baiser, un câlin etc...
Par conséquent :
Nourrisez chaque jour vôtre amour,
Comme si c'étais le premier jour.
Dite le haut et fort avec tendresse et passion,
Et surtout alimentez la flamme qui vous habite.

Repost 0
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 15:47

Beaucoup de coeurs sont brisés par des mots jamais prononcés

    Car même si les bleus disparaissent les mots restent toujours en tête

(Cela ne veux pas dire que l'on oublie les bleus)

 

 

C'est en empruntant le pont de l'erreur que l'on arrive sur l'île de l'expérience

 

 

La bienveillance est, par excellence, la vertu d'un ami.

Seul, il connaît notre véritable personnalité et nous aide à la conquérir.

 

 

Plutôt que de répéter sans cesse à l'enfant que le feu brûle,

Consentons à le laisser un peu se brûler :

L'expérience instruit plus sûrement que le conseil.

 

Repost 0
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 15:46


 
Fais de ta vie une œuvre d’art.
Que chaque instant de ce présent si précieux
Soit habillé de tes plus belles pensées,
De tes actes les plus nobles.

Fais de ta vie un hymne à la joie,
Pénètre au plus profond de la matière
Et féconde l’obscurité de pensées lumineuses,
Afin d’ensemencer le monde intérieur et celui de l'extérieur.

Sème les graines de ta destinée,
D’une main heureuse,
D’une main amoureuse,
D’une main confiante, humble et généreuse.

Au travers de tes expériences terrestres,
Puisses-tu faire vibrer ton âme,
Telle une harpe céleste,
Afin qu’elle prenne corps
et s’exprime au sein même de la Terre.

Fais de ta vie une œuvre d’art,
Et communique ton œuvre dans la matière,
Matérialise les idées célestes,
Idéalise la matière terrestre.

Que chacun de tes gestes,
Que chacune de tes actions, de tes pensées,
Portent en eux le sceau de ton âme
Et fleurissent dans l’amour de l’éternel présent.

Fais de tes rêves de lumière,
Une réalité sans frontière,
Sans préjugé, ni attache.
Détache-toi du futile trop servile,
Et croîs sans hésiter, lentement et sûrement,
Dans l’inconditionnel amour du temps, ton plus beau présent.

Repost 0

Présentation

  • : Mon recueil magique de poésie
  • Mon recueil magique de poésie
  • : La magie de la poésie... Dans le ciel éternel et infini, Des arts et de l'écriture, Brillent des étoiles pleines de beauté, D'émotions, d'amour et de sagesse, Ce sont les poètes... Poètes des siècles passés, Reconnus ou oubliés, Ils illuminent encore nos vies, Nos coeurs, nos yeux, nos humeurs... Poètes vivants, Grand mal vous en a prie de vous orientez dans cette voie, Car la poésie, ça ne se vend pas, Mais voilà parfois, On naît poète c'est comme ça !
  • Contact

 

 

 

 

   

 

Il y a actuellement    personnes connectées à Over-Blog dont    sur ce blog

Contact

 

 

 

 

 

 

 

mail-copie-2.gif

 

 

laurette.condom@yahoo.fr

 

 

 

 

 

SKYPE :

Merlin47170

 

Mon statut

 

 

 

Registre de signatures

 

Vous avez appréciez votre petite ballade sur mon blog,

N'hésitez surtout pas à venir :

Signer mon livre d'or

Ou bien à me laisser des commentaires

 

 

 

 

 

N'hésitez pas à venir signez mon registre de signature

 

signature.jpg

 

Registre de signatures

 

 

 

Sondages

 

sondageicon.jpg

 

 

Comment trouvez-vous ce blog en général ?

Quelle est votre tranche d’âge ?

Par quels moyens avez-vous trouvez ce blog ?


Participez au sondage 1

 

 

 

sondageicon.jpg

 

 

Quels poèmes avez-vous le plus appréciez ?

 

Participez au sondage 2

 

 

Catégories

Citations & Proverbes

 

Citations & Proverbes
     

 

Calendrier

calendrier2.gif

 

 

 

 

           calendrier1

 

 

WE