Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 juillet 2012 4 12 /07 /juillet /2012 21:46

 

Il était une fois,
Une île où tous les différents sentiments vivaient.
On y trouvait : le Bonheur, la Tristesse, le Savoir,
Ainsi que tous les autres, l'Amour y compris.

Un jour on annonça aux sentiments,
Que l'île allait couler.
Ils préparèrent donc tous,
Leurs bateaux et partirent.
Seul l'Amour resta.

L'Amour voulait rester jusqu'au dernier moment.
Et quand l'île fut sur le point de sombrer,
L'Amour décida d'appeler à l'aide.

La Richesse passait à côté de l'Amour dans un luxueux  bateau.
L'Amour lui dit : « Richesse, peux-tu m'emmener ? »
« Non car il y a beaucoup d'argent et d'or sur mon  bateau.
Je n'ai pas de place pour toi. »

L'Amour décida alors de demander à l'Orgueil,
Qui passait aussi dans un magnifique vaisseau.
« Orgueil, aide moi je t'en prie ! »
« Je ne puis t'aider, Amour.
Tu es tout mouillé et tu pourrais endommager mon bateau »

La Tristesse étant à côté,
L'Amour lui demanda :
« Tristesse, laisse moi venir avec toi. » -
« Oh... Amour, je suis tellement triste que j'ai besoin d'être seule ! »

Le Bonheur passa aussi à côté de l'Amour,
Mais il était si heureux,
Qu'il n'entendit même pas l'Amour l'appeler !

Soudain, une voix dit :
« Viens, Amour, je te prends avec  moi. »
Cette voix,
C'était celle d'un vieillard qui avait parlé.

L'Amour se sentit si reconnaissant et plein de joie,
Qu'il en oublia de demander son nom au vieillard.
Lorsqu'ils arrivèrent sur la terre ferme, le vieillard s'en alla.

L'Amour réalisa :
Combien il lui devait et demanda au  Savoir : « Qui m'a aidé? » 
« C'était le Temps » répondit le Savoir.
« Le Temps ?
Mais pourquoi le Temps m'a-t-il aidé ? »
Le Savoir sourit plein de sagesse et répondit :
« C'est parce que seul le Temps est capable,
De comprendre combien l'Amour est important dans la Vie. »

Repost 0
30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 15:00

Tu es parti trop tôt...

Tu es parti trop tôt,
J'avais encore,
Tant de mots à te dire,
Tant de phrases à t'écrire.
Tant de gestes à te faire comprendre,
Tant de regards à te confier.
Tant de silence pour mieux t'aimer,
Tant de tout,
Pour former ce tout,
Qui étions nous....

Tu es parti dans ce monde inconnu,
Avec pour seul bagage,
Un ticket sans retour.
A jamais tu as fermé la porte,
De tes pensées les plus secrètes.

Ta maison aujourd'hui c'est l'horizon,
Tes yeux ce sont ces étoiles,
Qui me regardent et me guident.
Ton souffle c'est cette brise,
Qui me fait du bien sur mon visage.

Déjà dix ans...
Dix longues années,
Que tu as disparu...
Dix ans que je me souviens de toi ainsi.

Tu es parti sans me dire au revoir,
Sans me dire adieu.
Je suis triste...
Je t'aimais beaucoup,
Nous nous connaissions depuis toujours !!!
Je t'appelais papa,
Tu répondais oui ma chérie.

Que ton âme repose en paix pour toujours
Avec les artistes et les intellectuels,
Avec les âmes pures et belles comme la tienne.

Je t'aimais, je t'aime et je t'aimerais
A Jamais

Repost 0
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 23:27

Je t'aime, mois de Mai

Être né au mois de mai,
Est pour moi une grande fierté !
Mois au cours duquel le printemps,
Fier et toujours souriant,
Nous fait goûter de bons moments !

Mois de mai!
Mois d'une nature positivement transformée !
Mois qui nous procure gaité et tranquillité !
Fraicheur intense, vitalité, paix et bonheur !
Mois de métamorphose joyeuse et de bonne humeur !

Mois de mai!
Mois au cours duquel la vie se renouvelle!
Nos forêts, nos fleurs et les astres du ciel,
Nos animaux, nos reptiles et nos oiseaux,
La mer ,nos rivières et d'autres eaux.

Mois de mai!
Quelle merveille es-tu, ô mois de ma naissance !
Je me sens enchanté de saluer ta présence !
Tu me procures plein de raisons d'être fier!
De mettre en évidence tes retombées entières !

Mois de mai,
Mois qui nous accorde santé, vigueur et ravissement !
Mois où tout dans la nature est en épanouissement !
Nos forêts et notre environnement reverdissent,
Chassant comme par enchantement, l’air pâle et triste.

Être né au mois de mai,
Est pour moi une grande fierté !
Mois au cours duquel le printemps,
Charmant ,fier et souriant!
Nous fait vivre très joyeusement,
De délicieux et admirables moments !

Repost 0
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 23:26


 Tu arpentais les trottoirs de la nuit
Et un jour sans le vouloir, je t’avais suivie
A l’époque ma surprise fut très grande
Car j’étais trop petit pour comprendre.

J’ai encore cette vision musicale
Où pour Strasbourg Saint Denis c’était normal,
Dans ce bar les clients buvaient le champagne
Et que c’était ton refuge pour ne plus avoir mal.

Quand je pleurais tu me serrais dans tes bras
Et je t’aimais malgré tout ça
J’étais ton enfant, seulement un peu plus différent
Car je t’ai toujours aimée Maman.

Je te regardais avec amour
Moi, l’enfant que j’étais,
Tu étais si belle dans tes discours
Où tes absences m’habitaient.

Je me souviens aussi de tous ces amants
Qui souillaient ses draps blancs
Pour un quart d’heure ou pour une heure,
Ces hommes payaient toujours comptant.

Tu étais si belle à mon regard d’enfant
Qu’aujourd’hui je me demande encore
Si le temps a été le plus fort
De pouvoir te dire, je t’aime Maman.

Repost 0
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 22:43


C’est bizarre comme quelques moments passés avec quelqu’un,
Blotti dans ses bras, tout contre lui,
Peuvent être des moments, merveilleusement magiques.

Son regard communiant le mien, son corps épousant le mien,
Et ses lèvres caressant les miennes.

La caresse élogieuse que le temps,
Nous a permis de savourer comme un soleil couchant,
Embrasant tendrement les flots de douceur.

Tu m’as demandé si je t’aimais,
Pourtant il ne m’a jamais semblé utile de le dire.
Sauf si à tout ce qui nous uni,
Je doive dire adieu.

Nous deux enlacés, corps et âmes liés,
Il m’a alors semblé que je te désirais depuis une éternité.

Tout a été si merveilleux,
Comme un sirop onctueux que mon corps frémit d’appétit.

Nos encore résonnent encore et je me sens tressaillir de désirs.
Désir d’être à nouveau à toi,
Que tu sois à nouveau en moi,
Que tu m’aimes encore une fois.

Repost 0
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 21:53

Je me rappelle avec nostalgie
Ces matins au goût magique,
Quand, dans le jardin,
Je restais ébahie
Devant un décors féerique.

Caché au milieu des crocus et des primevères,
Pluie de chocolats aux emballages arc-en-ciel,
Je m’en souviens comme si c’était hier
Toutes ces images ont encore une saveur de miel.

Et chaque année, à l’aube du dimanche pascal
Je retrouve l’esprit des Pâques du passé.
Pour moi, c’est un jour peu banal
Que je prends à cœur de savourer.

Pluie de chocolat et d’œufs colorés,
Cris de surprise des enfants ravis,
Chasse aux cadeaux que l’on a cachés,
C’est le charme de simples plaisirs de la vie.

Nous célébrons alors la renaissance
Comme nos ancêtres aux feux de Beltane
Mais nous en avons oublié le sens,
Eteint les brasiers et leurs grandes flammes.

Comme elle est loin cette fête de la fertilité
Où le dieu cornu ensemençait les champs,
Où il honorait la vierge qui lui était sacrifiée,
La prenait bestialement pour lui faire un enfant.

En ce jour naïf au passage à la vie,
Laissons-nous envahir par cette réminiscence,
Abandonnons-nous à nos désirs, nos envies,
A la vague païenne qui nous offre la transe.

Nous nous éveillerons alors heureux et comblés
D’une nuit de débauche repue de félicité,
Où, sans retenue, nous aurons honoré la fécondité
Par l’enchevêtrement de nos corps enlacés.

Repost 0
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 21:52

Ce matin dans mon village,
Les cloches tintent à l'unisson
En laissant sur leur passage
Des chocolats par millions.

Et ding et dong, les cloches résonnent
Qu'annoncent-elles donc si joyeusement ?
"Jésus renait, la vie rayonne
Fêtons cela allégrement !"

Au coeur des fleurs, dans les buissons
Cherchez partout petits enfants !
Le lapin de Pâques est un frippon
Il a caché très subtilement !

Même si son sens n'est plus si fort,
Même si son charme se fait moins grand,
Pâques vit et vivra encore
Pour le plaisir des petits et des gourmands.

Repost 0
2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 16:11

Dans l’orage secret, dans le désordre extrême

Je n’ose m’avouer à moi-même que j’aime !

Cela m’est trop cruel, trop terrible…

 

Mais j’aime ! Pourquoi je l’aime ainsi ? L’éclat de ses cheveux…

Sa bouche… Son regard !… Ce qu’elle veut, je veux.

Je ne vis que de la clarté de ses cheveux…

 

Et je ne vis que du rayon de ce sourire

Qui m’attendrit, et que j’appelle et je désire…

O miracle de ce miraculeux sourire !…

 

Sa robe a des plis doux qui chantent…

Et ses yeux Gris-verts ont un regard presque… miraculeux…

J’adore ses cheveux et son front et ses yeux…

 

Elle ne saura point, jamais, combien je l’aime

Cependant ! Car jamais ma jalousie extrême

Ne lui laissera voir, jamais, combien je l’aime !

Repost 0
27 janvier 2012 5 27 /01 /janvier /2012 13:27

Je ne dois pas penser au passé,

Mais pas non plus l'oublier,

Je ne dois pas rêver du futur,

Puisqu'il n'est pas encore mûr,

Je dois vivre au présent,

Et trouver ce qui est important.

 

Je me suis réveillée,

A côté de toi,

Tu as éveillé,

Ce qui dormait au fond de moi,

Tu as inspiré mon esprit,

Tu as enrichi ma vie.

 

Je me dirige vers toi,

Sans m'approcher,

En restant chez moi,

Je me mets sur mes pieds.

 

Pour ne jamais oublier,

Le passé,

Et accueillir l'avenir,

Puisqu'il va venir.

Repost 0
27 janvier 2012 5 27 /01 /janvier /2012 13:19

Rappelle-toi, quand l'Aurore craintive

Ouvre au Soleil son palais enchanté ;

Rappelle-toi, lorsque la nuit pensive

Passe en rêvant sous son voile argenté ;

A l'appel du plaisir lorsque ton sein palpite,

Aux doux songes du soir lorsque l'ombre t'invite,

Ecoute au fond des bois Murmurer une voix :

Rappelle-toi.

 

Rappelle-toi, lorsque les destinées,

M'auront de toi pour jamais séparé,

Quand le chagrin, l'exil et les années,

Auront flétri ce coeur désespéré ;

Songe à mon triste amour,

Songe à l'adieu suprême !

L'absence ni le temps ne sont rien quand on aime.

Tant que mon coeur battra,

Toujours il te dira Rappelle-toi.

 

Rappelle-toi, quand sous la froide terre

Mon coeur brisé pour toujours dormira ;

Rappelle-toi, quand la fleur solitaire

Sur mon tombeau doucement s'ouvrira.

Je ne te verrai plus ; mais mon âme immortelle

Reviendra près de toi comme une soeur fidèle.

Ecoute, dans la nuit,

Une voix qui gémit : Rappelle-toi.

Repost 0

Présentation

  • : Mon recueil magique de poésie
  • Mon recueil magique de poésie
  • : La magie de la poésie... Dans le ciel éternel et infini, Des arts et de l'écriture, Brillent des étoiles pleines de beauté, D'émotions, d'amour et de sagesse, Ce sont les poètes... Poètes des siècles passés, Reconnus ou oubliés, Ils illuminent encore nos vies, Nos coeurs, nos yeux, nos humeurs... Poètes vivants, Grand mal vous en a prie de vous orientez dans cette voie, Car la poésie, ça ne se vend pas, Mais voilà parfois, On naît poète c'est comme ça !
  • Contact

 

 

 

 

   

 

Il y a actuellement    personnes connectées à Over-Blog dont    sur ce blog

Contact

 

 

 

 

 

 

 

mail-copie-2.gif

 

 

laurette.condom@yahoo.fr

 

 

 

 

 

SKYPE :

Merlin47170

 

Mon statut

 

 

 

Registre de signatures

 

Vous avez appréciez votre petite ballade sur mon blog,

N'hésitez surtout pas à venir :

Signer mon livre d'or

Ou bien à me laisser des commentaires

 

 

 

 

 

N'hésitez pas à venir signez mon registre de signature

 

signature.jpg

 

Registre de signatures

 

 

 

Sondages

 

sondageicon.jpg

 

 

Comment trouvez-vous ce blog en général ?

Quelle est votre tranche d’âge ?

Par quels moyens avez-vous trouvez ce blog ?


Participez au sondage 1

 

 

 

sondageicon.jpg

 

 

Quels poèmes avez-vous le plus appréciez ?

 

Participez au sondage 2

 

 

Catégories

Citations & Proverbes

 

Citations & Proverbes
     

 

Calendrier

calendrier2.gif

 

 

 

 

           calendrier1

 

 

WE